.:Edenia - Fleur du mal:. Index du Forum
 
 
 
.:Edenia - Fleur du mal:. Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Narvandl Berguil

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    .:Edenia - Fleur du mal:. Index du Forum -> .:Généralités:. -> .:Fiches personnages:. -> .:Cerberus:.
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Narvandl Berguil
.:Cerberus:.

Hors ligne

Inscrit le: 02 Nov 2007
Messages: 10
Masculin Gémeaux (21mai-20juin)
Clan: Cerberus

MessagePosté le: Ven 2 Nov - 19:12 (2007)    Sujet du message: Narvandl Berguil Répondre en citant

.:Narvandl Bergil:.




Identité :

Nom : Bergil

Prénom : Narvandl

Age : 2007 ans

Poste occupée: Ancien Prince de Sang et ancien commandeur de l’armée du Royaume de Paymon.



Caractéristiques physiques :

Description physique :


L’artiste qui peignit ce portrait fut le vingt-quatrième à passer dans le Fort de Berguil. Aucuns de ses autres confrères n’avaient survécu à leurs œuvres. Malgré leurs génies, ils avaient étés tous exécutés car leurs tableaux n’avaient pas plus a l’illustre seigneur qui y était représenté. Heureusement pour lui, il réussit là où tous avaient échoué et il eut l’insigne honneur d’avoir l’âme dévorée par le seigneur, lui-même. Pour plaire à son commanditaire et se rapprocher au plus près de la réalité. Il dut maîtriser la douceur des courbes et abandonner l’humeur facheuse des traits brisés car le corps du seigneur Berguil n’est que fléchissements et délicatesses. Il semble avoir été fait d’une main caressante et amoureuse de sa création. Et pour cause, le portraitiste était sous le charme de celui qu’il peignait. N’importe qui l’aurait été en le voyant ainsi dans sa nudité parfaite. Mais ce portraitiste avait la passion au cœur et il eut le talent de la sublimer et de vaincre ainsi la terreur qui l’avait assailli en apprenant à quel destin il était voué, car celui-ci n’était pas dupes et il était certain de connaître le trépas quand il commença son œuvre. C’est donc le dernier tableau d’un homme qui sait qu’il va mourir. Contrairement à ses prédécesseurs qui se lamentèrent et furent incapable de sublimer ce qu’ils voyaient. Le peintre se lança dans sa dernière œuvre avec le projet d’y peindre avec le plus grand des talents, pour que l’apogée de son art soit le dernier souvenir qu’on garde de lui. Inconsciemment, c’est dans les conversations qu’il entretint avec son modèle qu’il lui vint cette idée. Il peignit donc avec une tendresse encore palpable, la naissance des hanches fines de Bergil. Il dessina son ventre plat et ferme. Il cacha ses pectoraux imberbes et comprimés par un de ses bras qui sont sveltes et à peine sculptées. Il montre aussi cet étrange tatouage dont le symbole, un serpent, fait référence à l’animal totem du seigneur. Ses mains grandes et fermes de guerrier jouent avec ses cheveux bleus-nuits, longs et délicats. Ceux-ci reposent sur une tête ronde mais dont les joues semblent émaciés. Le menton triangulaire et fuyant vient soutenir une bouche aux lèvres prononcées mais ténues. Et puis apparaît alors aux regards étonnés le fantôme d’un autre tableau, plus près du modèle. Ce qui en ressort particulièrement sont ces deux yeux d’un jaune-orangé surnaturel, doué d’une iris qui se forme en un simple trait. Ces deux fenêtres sur le monde sont cerclées de noir et surmonté par des sourcils verticaux et émincés qui indique un nez fin et légèrement relevé comme le signe d’une fierté toute seigneuriale.


Vêtement, goût vestimentaire : Il est habillé par les meilleurs tissus taillés par les meilleurs couturiers du royaume. Ses vêtements sont souvent de couleurs sombres dans les tons bleus ou noirs. On le trouve très rarement dans d’autres couleurs. Il porte parfois du blanc mais seulement dans de grandes occasions ou quand l’envie l’en prend. Le blanc est surtout la couleur qui représente l’ancien Berguil, avant que celui-ci ne tombe dans la folie. Il ne porte souvent qu’un kimono long qui comporte de la fourrure aux ourlets et aux coutures. Il aime avoir des manches amples pour donner de l’effet à ses mouvements. Il affectionne davantage le satin à la soie ou à d’autres tissus. Quand l’envie le prend de sommeiller (Ce qui est rare) ou qu’il décide à se baigner, il porte un pagne en satin blanc comme seul vêtement. Tous ses vêtements portent des motifs de serpents entremêlés. Il lui arrive de porter une couronne former de plusieurs de ces créatures entremêlées pour les présentations publiques. Il est aussi rare de ne pas le voir avec une de ces bêtes autour du cou comme un simple ornement de plus à sa panoplie.
Dans ses rares sorties incognitos, il revêt des vêtements de rôdeur et dissimule son visage sous un capuchon. Il porte donc des vêtements de voyages à l’allure usagée et à la couleur terreuse. Il a une armure de cuir souple, des braies de cuirs tannées, des bottes de cuirs fins et des épaulettes en cuirs dures. Dans ses pérégrinations, il porte son poignard et un arc à la couleur sanglante.
Quand il doit officiellement se déplacer, il se met alors en tenue de guerre. Il porte une lourde armure d’obsidienne d’une exceptionnelle qualité et qui miroite d’un éclat noir. Cette armure complète est décorée de moulure blanche en mithril représentant des serpents. Il porte aussi une cape blanche avec des runes écrites en or. Si jamais il était poussé à remettre ces vêtements, il reprendrait aussi Basiliks, son épée dévoreuse d’âme qu’il a enfouit depuis longtemps dans le trésor de sa demeure. C’est une épée longue et large qui se manie à deux mains et qui demande une force démoniaque.




Mentalité :

Description de la mentalité : « Il est completement fou. » C’est de la manière dont le décrirait une personne lambda. Mais, il se révèle bien plus complexe quand on arrive à vivre assez longtemps pour le connaître. C’était un démon particulièrement sensible, passionné et vivant la vie de manière théâtre. Jamais de son existence, il ne trouva le juste milieu dans son comportement, préférant la passion des sentiments extrêmes. Malheureusement à ce jeu là, on peut se blesser gravement et même se détruire. S’il n’était pas caractérisé par une envie de vivre désarmante pour ses adversaires les plus déterminés. Il aurait déjà mit fin à ses jours. Mais non, il s’accroche à lui-même. Certain désormais que c’est la seule chose sur en ce monde. Le seul être en qui il peut avoir confiance, le seul être qu’il ne peut perdre, qui ne peut le trahir, qui ne peut lui mentir, c’est lui. Désormais, il pense seulement à son contentement. Profondément marqué par les traumatismes de son passé, il ne parvient pas à tourner la page. Après avoit tant vécu, avoir tant vu le monde changé, bouleversé, détruit, reconstruit et détruit à nouveau, il garde une vision éphémère des choses. Il pense que rien ne dure, que rien ne reste à part lui. Il est son seul point de repère, la seule chose qui veille d’être défendu, la seule chose qui mérite tout son attention. Comprenez qu’il paraît particulièrement égocentrique et égoïste, qu’il ne fera jamais rien pour se mettre en danger si cela ne lui rapporte pas quelque chose. Il hait les autres car il sait qu’il ne peut avoir confiance en eux. Il sait qu’il peut être trahi par les personnes qu’il aime le plus, il sait que rien n’est jamais sur avec les autres. C’est pour cela qu’il se trouve être très misanthrope et qu’il se délecte dans la souffrance d’autrui. Cela a un léger goût de vengeance dans sa bouche, de vengeance face au monde traître et fourbe qui complote sans cesse contre sa vie. Il est particulièrement paranoïaque et il a prit l’habitude de tuer tous ceux qui pourraient ne serais-ce qu’élever un doute sur sa personne. Il n’hésite pas à tuer une dizaine de serviteurs par jour pour sa tranquillité d’esprit. Néanmoins, s’il est particulièrement brutal et expéditif, il sait se faire manipulateur et maître des esprits autant que des corps. Ce qu’il faut comprendre chez le seigneur Berguil, c’est qu’il a peur de tout le monde et hait tout le monde. Tous ce qui vit est une menace à sa personne et seule le plaisir malsain mais divin qu’il retire à torturer l’autre l’empêche de vouloir détruire le monde.



Passé :

Histoire : Prince de sang de la Reine Paymon, il l’a servit en tant que commandeur des forces armées. Il resta très longuement à ce poste et malgré ses frasques et ses humeurs un peu étrange, il restait un bon commandeur car doué d’un charisme surnaturel. Il permit de tenir longuement le royaume de sa reine loin des dangers de la guerre. Mais lors de la grande guerre contre Caïn et Abel, alors que Paymon et Slaneesh n’étaient pas encore alliés. Il dut combattre une armée de loin supérieure. Malgré son courage et sa ténacité, il vit tous ses efforts, tout ce qu’il avait construit, tous les hommes qu’il avait entraîné disparaître dans une fracassante défaite. Il apprit un peu après que sa défaite était le faite de la trahison de sa compagne, le seul et unique amour de sa vie l’avait trahi pour des raisons futiles que l’Histoire ne retint pas. Cela permit donc aux armés ennemis de massacrer les hommes de Berguil et de le laisser trahi et humilié. Le commandeur devint alors « Berguil le Fou » Il commença à devenir incontrôlable. A tel point, qu’il fut démit de ses fonctions en plein conflit et fut « exilé » dans le Fort des Cotes du Sud qu’on nomme désormais Fort-Berguil. Depuis, il y est resté et fonda son existence sur la souffrance des autres.



Autres :

Possession : Il est le seigneur de Fort-Berguil et même s’il a totalement délaissé la politique de cette région aux subordonnés de sa Reine. Il reste néanmoins le seigneur de la région. Mais sa seule activité extérieure aux murs de son château se résume aux razzias qu’il exerce sur les habitants de la région. Il achète ses serviteurs, encore enfants, à des parents peu regardant pour une somme modique et ils sont ensuite dispersés dans divers services.
Ceux qui deviennent des combattants sont formés par des combats à mort. Ils ne connaissent jamais l’entraînement et quand un combat s’engage, ils doivent toujours tuer ou être tuer. Ils subissent aussi une éducation qui leur lave le cerveau pour en faire de bons petits soldats. Le plus grand honneur pour les soldats de Berguil est d’avoir l’âme dévorée par leur seigneur au cours d’un combat à mort.
Les serviteurs sont soumis à la loi de la délation. Ils sont chargés de vendre leurs confrères en échange de meilleurs traitements. Cela créait donc un climat de suspicion qui à tôt fait de réduire à néant toutes velléités contre le seigneur. Les esclaves sexuelles quant à eux sont simplement réduits à l’état d’objet pour qui la mort est quotidienne. Ils ne doivent jamais réfléchir ou agir de manière autonome. Un esclave prit sur le fait « d’autonomie » sera exécutée sur-le-champ.
Il lui arrive aussi de prendre de simples esclaves encore doués de résistance pour se délecter un peu de leurs vaines oppositions.


Arme buveuse d'âme :La Dague du Serpent : Arme légendaire dont on raconte qu’elle est aussi rapide que le serpent à sonnête quand il fond sur sa proie.


Revenir en haut
MSN
Publicité






MessagePosté le: Ven 2 Nov - 19:12 (2007)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Gaia
.:Déesse Gaia:.

Hors ligne

Inscrit le: 24 Sep 2007
Messages: 58
Féminin

MessagePosté le: Ven 2 Nov - 22:54 (2007)    Sujet du message: Narvandl Berguil Répondre en citant

oki ça marche ^^

Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 02:12 (2018)    Sujet du message: Narvandl Berguil

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    .:Edenia - Fleur du mal:. Index du Forum -> .:Généralités:. -> .:Fiches personnages:. -> .:Cerberus:. Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com